Propriété intellectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

samedi, décembre 16, 2017

Anémones de Pierre-Joseph Redouté

Au musée de la Vie romantique, l'exposition "le pouvoir des fleurs" m'a fait apprécier
 l'artiste naturaliste  Pierre-Joseph Redouté (1759-1840).

Lien personnel : 


Petite  pause dans le jardin,  au salon de thé du musée - pause par malchance altérée par la pluie...

Un bref aperçu de l'expo en video ici 


L'enveloppe ci-dessus a été réalisée à partir du set de table disposé sur le plateau-déjeuner

 reproduisant ces belles anémones venues d'un tableau de l'artiste botaniste.

J'y ai ajouté un papillon doré, pour traiter le thème d' Eléna ,
 et utilisé à l'intérieur
 un papier 
à lettres
fleuri.

mardi, décembre 05, 2017

Poses



Blason du corps féminin 


Un sujet décliné selon diverses techniques et formats
ici, façon "vignette" .


20 vignettes découpées 

Pour 

Bestiaire timbré


Pour 
Nada Zéro



vendredi, décembre 01, 2017

Cherchez l'intrus

Pour soutenir 


Tony Mazzochin

dans la tourmente de de la 8ème JMFTA


                                                                   En lien avec Dentellebleue

Le dénouement de "l'affaire " ici , avant l'exposition.

Autres lettres de soutien, sur le blog de Tony, ici .

mercredi, novembre 22, 2017

Rideau !

Pour la magicienne de la dentelle, bleue, bleue, bleue.



En réponse à son envoi "timbré "pour la 8ème édition de la JMFTA.

lundi, novembre 20, 2017

Grain



grain de peau .



"Toute peau a son histoire. Caresser, c'est tendre l'oreille", Erik Orsenna, Grand amour.


jeudi, novembre 09, 2017

Promenade

En laisse



Pour
  Piggy one

Papillons




I.

De toutes les belles choses
Qui nous manquent en hiver,
Qu'aimez-vous mieux ? — Moi, les roses ;
— Moi, l'aspect d'un beau pré vert ;
— Moi, la moisson blondissante,
Chevelure des sillons ;
— Moi, le rossignol qui chante ;
— Et moi, les beaux papillons !

Le papillon, fleur sans tige,
Qui voltige,
Que l'on cueille en un réseau ;
Dans la nature infinie,
Harmonie
Entre la plante et l'oiseau !...

Quand revient l'été superbe,
Je m'en vais au bois tout seul :
Je m'étends dans la grande herbe,
Perdu dans ce vert linceul.
Sur ma tête renversée,
Là, chacun d'eux à son tour,
Passe comme une pensée
De poésie ou d'amour !

Voici le papillon faune,
Noir et jaune ;
Voici le mars azuré,
Agitant des étincelles
Sur ses ailes
D'un velours riche et moiré.

Voici le vulcain rapide,
Qui vole comme un oiseau :
Son aile noire et splendide
Porte un grand ruban ponceau.
Dieux ! le soufré, dans l'espace,
Comme un éclair a relui...
Mais le joyeux nacré passe,
Et je ne vois plus que lui !

II.

Comme un éventail de soie,
Il déploie
Son manteau semé d'argent ;
Et sa robe bigarrée
Est dorée
D'un or verdâtre et changeant.

Voici le machaon-zèbre,
De fauve et de noir rayé ;
Le deuil, en habit funèbre,
Et le miroir bleu strié ;
Voici l'argus, feuille-morte,
Le morio, le grand-bleu,
Et le paon-de-jour qui porte
Sur chaque aile un oeil de feu !

Mais le soir brunit nos plaines ;
Les phalènes
Prennent leur essor bruyant,
Et les sphinx aux couleurs sombres,
Dans les ombres
Voltigent en tournoyant.

C'est le grand'paon à l'oeil rose
Dessiné sur un fond gris
Qui ne vole qu'à nuit close,
Comme les chauves-souris ;
Le bombice du troëne,
Rayé de jaune et de vert,
Et le papillon du chêne
Qui ne meurt pas en hiver !...

Voici le sphinx à la tête
De squelette,
Peinte en blanc sur un fond noir,
Que le villageois redoute,
Sur sa route,
De voir voltiger le soir.

Je hais aussi le phalènes,
Sombres hôtes de la nuit,
Qui voltigent dans nos plaines
De sept heures à minuit ;
Mais vous, papillons que j'aime,
Légers papillons de jour,
Tout en vous est un emblême
De poésie et d'amour !

III.

Malheur, papillons que j'aime,
Doux emblème,
A vous pour votre beauté !...
Un doigt, de votre corsage,
Au passage,
Froisse, hélas ! le velouté !...

Une toute jeune fille
Au coeur tendre, au doux souris,
Perçant vos coeurs d'une aiguille,
Vous contemple, l'oeil surpris :
Et vos pattes sont coupées
Par l'ongle blanc qui les mord,
Et vos antennes crispées
Dans les douleurs de la mort !...


Gérard de Nerval (1808 -1855), Odelettes, 1853





http://clpav.fr/poemes-audio/plume-papillon.htm